La présentation de saison aura lieu le 16 décembre 2019 à 19 heures au nouveau conservatoire du 14ème

du 28 avril au 10 mai 2020

Pièces de guerre
Eschyle

traduction et mise en scène Olivier Py
avec Philippe Girard, Mireille Herbstmeyer et Frédéric Giroutru

Image

Le projet

Durée entre 40 et 55 minutes par pièce, soirée composée de deux pièces, intégrale le dimanche

Du 28 avril au 10 mai 2020
OFF les 1er, 4 et 7 mai 2020
Horaires
- mardi, mercredi et vendredi à 20h
- jeudi à 19h
- samedi à 16h
- dimanche à 15h


Les représentations auront lieu les 28, 29 et 30 avril à la Salle des fêtes de la Mairie Annexe du 14e arrondissement :12 Rue Pierre Castagnou 75014 ; les autres dates au Centre Paris Anim' Marc Sangnier : 20 avenue Marc Sangnier 75014

Pièces Prométhée Enchaîné, Les Suppliantes, Les Sept Contre Thèbes et Les perses

Ce spectacle construit dans un objectif de décentralisation théâtrale poursuit son objectif premier d’aller partout partager le théâtre. Ainsi, nous ne le présenterons pas dans le Théâtre mais autour : au centre d’animation Marc Sangnier principalement et dans d’autres lieux du 14ème Arrondissement.

Collaboratrice artistique et costumes Pierre-André Weitz

Crédit Photo Christophe Raynaud de Lage et Sophie de Foucault

Coproduction Odéon Théâtre de l'Europe et Festival d'Avignon
Avec la participation des ATP d'Aix-en-Provence
Production déléguée La Jolie Pourpoise

Traduction et mise en scène

Olivier Py

Ce théâtre, le plus ancien connu, se déploie dans l’espace méditerranéen et interroge les fondements de la démocratie. La folie du pouvoir, la place des femmes, l’asile, le souvenir des morts, la puissance des images, l’insurrection : Eschyle parle depuis un monde ancien qui est pourtant déjà le nôtre. Trois acteurs rompus au tragique jouent, sans effets ni décor, les dieux et les suppliantes, les rois et les vieillards, l’océan et les foules.

Olivier Py

Résumés

Image
LES PERSES - 45 min
UN VIOLENT HOMMAGE À LA DOULEUR DE LA DÉFAITE
Le sujet des Perses était fait pour frapper les esprits athéniens : l’aîné des Tragiques y transporte son public au coeur du territoire ennemi. La scène est à Suse, devant le palais royal de Perse. La mère de Xerxès et le choeur des Fidèles attendent le retour du roi – qui ne peut être que triomphal, tant les forces grecques sont inférieures en nombre. Pourtant, un sombre pressentiment trouble la reine-mère... Eschyle ne s’est pas borné à imaginer les faits qu’il rapporte. Il a lui-même combattu les Perses à Salamine (480 av. J.-C.). Mais le poète du camp victorieux laisse ici la parole aux vaincus, dont la défaite devient ainsi un miroir de notre humanité commune. [...]
PROMÉTHÉE ENCHAINÉ - 1h05
« Dieu, supplicié par les dieux » pour avoir aimé les hommes et condamné par Zeus, pour leur avoir offert les arts et le feu, Prométhée incarne la désobéissance, la remise en cause de l’ordre établi et le rempart face à la parole des puissants. Figure des plus citées et réinterprétées dans la littérature depuis Eschyle, il est cette pièce divine, mettant en scène le Titan face aux lieutenants Héphaïstos, Apollon, Io ou encore Hermès. Parce qu’elle est fondamentalement politique, elle offre, selon Olivier Py, une « leçon d’insurrection ».
LES SUPPLIANTES - 55 min
L’HOSPITALITÉ COMME DEVOIR...
Dans Les Suppliantes, l’intrigue est d’un dépouillement tel qu’elle en devient presque archétypique. Un choeur de femmes, fuyant des noces auxquelles on veut les contraindre, vient demander asile et protection en terre d’Argos ; le roi du pays, après avoir hésité entre deux droits et deux intérêts – ceux de son peuple, ceux des suppliantes –, décide de leur accorder son soutien et se prépare à une guerre dès lors inévitable. La situation, sans autre ressort dramatique que les affres des malheureuses, suffit à évoquer des questions aussi essentielles que la violence faite aux femmes, l’exil et le malheur des réfugiés, l’accueil de l’étranger et l’hospitalité comme devoir.
LES SEPT CONTRE THÈBES - 45 min
DES MOTS QUI REFUSENT LE RÈGNE BRUTAL DES IMAGES...
Ou comment une société se raconte la guerre en images. Deux frères se disputent le trône de Thèbes. Ces deux frères se savent maudits : ce sont les fils d’Œdipe, souillé par son union incestueuse avec sa mère. Incapables de se partager l’héritage paternel, les deux frères iront jusqu’à s’entretuer… Etéocle refuse sa part du pouvoir à Polynice et le chasse. A la tête d’une armée étrangère, Polynice revient assiéger sa ville natale. Devant chacune de ses sept portes, il place un redoutable champion, aux armes faites pour semer la panique. Etéocle en écoute la description, et oppose à chaque récit d’épouvante les mots d’un homme qui refuse le règne brutal des images... Ce condensé de tragédie parle de lutte fratricide, des vertiges du pouvoir et de la peur, mais aussi de la capacité qu’ont certains hommes de soutenir la terreur du regard.

Olivier Py

Acteur, poète, metteur en scène et homme engagé dans la cité : la recherche d'Olivier Py prend tous les chemins possibles, politiques ou poétiques, pour rencontrer le présent et tenter de lui donner un sens. Dans cette aventure des tréteaux et des plateaux, la parole vivante joue chez lui un rôle essentiel. Elle est à la fois la question et la réponse de toute son oeuvre. Olivier Py fait entendre notamment celles d'Eschyle, de Claudel, de Shakespeare, mais aussi la sienne, dans des pièces-fleuve qui osent tout. À la tête du Centre dramatique national d'Orléans, de l'Odéon-Théâtre de l'Europe puis du Festival d'Avignon, il n'a jamais cessé de prouver sa fidélité au théâtre public et à la décentralisation.
Image
Image